Web magazine Bo

États-Unis : fort rebond des ventes au détail en janvier

Le 17/02/2021 à 17:29 par Francis Généreux, économiste principal chez Desjardins,

Les ventes au détail ont bondi de 5,3 % en janvier, après des baisses de 1,0 % en décembre et de 1,3 % en novembre. La production industrielle a progressé de 0,9 % en janvier, après un gain de 1,3 % en décembre. La production manufacturière a augmenté de 1,0 %. Le secteur minier a bondi de 2,3 %, tandis que la production d’énergie a diminué de 1,2 %.

Après un automne et un temps des Fêtes particulièrement difficiles pour les détaillants américains, leur situation s’est clairement améliorée au tout début de 2021. Deux facteurs ont évidemment changé la donne.
Premièrement, il y a l’aide fédérale adoptée à la toute fin de 2020 qui, entre autres, allouait un montant de 600 $ par personne jusqu’à un certain niveau de revenu en plus de bonifications à l’assurance-chômage.
Deuxièmement, la baisse notable des cas de COVID-19 aux États-Unis a sans doute rassuré les consommateurs et elle a aussi permis un début de réouverture de commerces dans certains États où les mesures sanitaires avaient été resserrées à la fin de l’automne.
On remarque que toutes les catégories de détaillants ont vu leurs ventes progresser en janvier et que le gain des ventes est bien plus élevé que ce à quoi s’attendait le consensus (+1,1 %).
Comme un nouveau plan d’aide avec des allocations personnelles encore plus substantielles pourrait être bientôt adopté par le gouvernement fédéral, on pourrait voir une autre accélération des ventes à partir de mars.

La production industrielle s’est montrée un peu plus forte que prévu en janvier, mais la surprise est modeste par rapport à celle des ventes au détail. On note une baisse de seulement 0,7 % de la production automobile alors que la diminution des heures travaillées et les problèmes d’approvisionnement faisaient craindre un recul plus prononcé. On observe de bonnes hausses dans la métallurgie, les équipements électriques et l’aérospatiale. Le temps moins froid en janvier a provoqué une diminution de la demande d’énergie, après le fort bond du mois de décembre. Cela dit, le temps très froid qui sévit présentement aux États-Unis semble exacerber la demande d’énergie en février, tout en amenant des perturbations temporaires à la production.

Implications
L’année 2021 a démarré en lion pour la consommation américaine. Une accalmie devrait survenir en février, mais, si adopté, le plan d’aide du président Joe Biden pourrait amener une autre impulsion dès le mois de mars. Avec la campagne de vaccination qui se déroule bien aux États-Unis, il est clair que la croissance devrait se montrer très forte sur l’ensemble de 2021.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :