Web magazine Bo

États-Unis : l’inflation se stabilise à un niveau très élevé

Le 12/08/2021 à 12:00 par Mathieu D’Anjou, CFA, directeur et économiste en chef adjoint chez Desjardins,

L’indice des prix à la consommation (IPC) publié hier a augmenté de 0,5 % en juillet, après des hausses de 0,9 % en juin et de 0,6 % en mai.

Contrairement aux derniers mois, où les surprises à la hausse s’étaient multipliées, les chiffres d’inflation du mois de juillet publiés hier ont été très près des attentes des prévisionnistes dans l’ensemble. Les poussées mensuelles spectaculaires de 0,9 % de l’indice total et de l’indice de base en juin ont ainsi fait place à des hausses de 0,5 % et de 0,3 % en juillet.
Il reste que de telles augmentations des prix demeurent très robustes alors que la progression mensuelle moyenne de ces deux indices est d’un peu moins de 0,2 % depuis le début des années 2000.
Les variations 6 mois annualisées de l’IPC et de l’IPC de base ont ainsi continué d’augmenter pour atteindre respectivement 7,8 % et 6,8 %, du jamais vu depuis les années 1980.

La croissance mensuelle des prix des aliments et de l’énergie est demeurée très robuste en juillet. L’augmentation rapide des prix des véhicules neufs s’est poursuivie (+1,7 %), mais la poussée des autres prix dans le secteur des transports a pris une pause, ce qui a ralenti la progression de l’inflation de base. Après des hausses de 7,3 % en mai et de 10,5 % en juin, les prix des véhicules usagés ont ainsi été pratiquement stables en juillet.

À cela s’ajoute une baisse mensuelle importante des coûts de location de véhicules (-4,6 %) et des assurances automobile (-2,8 %). On note aussi un léger recul des tarifs aériens, après plusieurs mois de fortes progressions. Les prix des logements ont progressé de 0,4 %, en ligne avec leur tendance récente. Les prix de l’hôtellerie ont encore connu une forte progression (+6,0 %).

Implications
Après la flambée des derniers mois, une certaine modération de la progression des prix aux États‑Unis est bienvenue. Ce ralentissement reflète toutefois essentiellement une pause du côté de certains prix qui avaient explosé précédemment. Au-delà de ces facteurs temporaires qui devraient continuer de se modérer, on sent certaines pressions inflationnistes plus généralisées alors que presque toutes les grandes catégories de prix affichent des progressions annuelles de plus de 2 %. La Réserve fédérale devra bientôt amorcer une normalisation de sa politique monétaire pour éviter un emballement plus durable de l’inflation.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :