Web magazine Bo

Le concept du stop loss

Le 03/07/2018 à 12:26 par Patrick Perfetti,

Alors que l’analyste a tendance à suivre son idée jusqu’à un franc signal de retournement, le trader, qui ne peut pas supporter un mark to market très défavorable, est obligé de couper sa position (dans l’hypothèse où ce dernier ne considère pas les marchés comme un vaste casino) lorsque le signal précédemment émis ne se trouve pas confirmé. Cette notion de confirmation d’un signal donné et son corollaire qu’est le stop loss (littéralement l’arrêt de la perte) peut amener le trader à douter de sa méthode.

Contrairement à ce que présupposent la plupart des observateurs (éclairés ou non) des marchés financiers, la différence flagrante qui existe entre une bonne et une mauvaise performance n’est pas liée à l’aptitude du gérant (professionnel ou non) à générer des gains. Cette différence est, au contraire, intimement dépendante de la capacité que montre ce dernier à savoir renoncer à une anticipation alors que celle-ci, soumise à l’épreuve des marchés, ne se concrétise pas dans les faits.
Pour résumer, le positionnement de ce seuil de renoncement ou d’invalidation de l’anticipation qu’est le stop loss détermine en large partie la performance.

Dans un marché cohérent (qui s’oppose à un marché soumis à l’effet news), le positionnement des seuils de stop loss correspond souvent à une défaillance des configurations de pullback. Ainsi, lorsqu’un signal de vente est donné par le franchissement d’une zone de soutien (précédent extrême, cassure de ligne de trend, sortie de configuration), un phénomène courant voit le mouvement d’accélération initial se rétracter afin que le marché revienne chercher la ligne de trend. Si cette dernière résistance tient, le signal est confirmé et le marché développe une nouvelle tendance baissière. Si le sous-jacent re-passe en-dessous, la configuration est invalidée, et le stop loss activé.