Web magazine Bo

Les valeurs technologiques ne sont pas immunisées

Le 17/11/2020 à 19:47 par César Perez Ruiz, responsable des investissements et CIO chez Pictet Wealth Management,

La mise au point d’un vaccin par Pfizer/BioNTech et la perspective de voir d’autres vaccins arriver rapidement signifient que nous devrions pouvoir éviter le scénario sombre d’une troisième ou d’une quatrième vague de la pandémie. Bien sûr, nous ne savons pas quand ces vaccins seront prêts à être commercialisés ni dans quelle mesure la population acceptera d’être vaccinée. Mais l’annonce de la semaine dernière rend la perspective d’une consolidation de la reprise économique plus probable l’an prochain, au bénéfice des actions « value » et des valeurs cycliques qui sous-performent les valeurs de croissance (en particulier les actions technologiques) depuis un certain temps. Pour autant, en attendant d’avoir la confirmation que les actions « value » peuvent maintenir leur surperformance, il est encore trop tôt pour délaisser les valeurs technologiques, qui continuent à profiter de la faiblesse durable des taux obligataires nominaux.
Dans l’attente de signes d’une reprise soutenable et/ou d’un plan de relance budgétaire, nous pensons que l’option la plus raisonnable pour l’instant est de se tourner vers l’indice équipondéré S&P 500 pour se diversifier en dehors des mégacapitalisations technologiques qui dominent de plus en plus les indices non pondérés.

La décision des autorités chinoises de suspendre, au dernier moment l’introduction en bourse d’Ant Financial ne doit pas être considérée isolément. La publication de lignes directrices visant à lutter contre les pratiques monopolistiques dans le secteur internet et les initiatives visant à freiner l’essor des plateformes de financement non bancaire suggèrent que la sécurité (et le contrôle) de l’économie reste une priorité pour le gouvernement chinois. Mais la semaine dernière a également été marquée par l’ouverture d'une nouvelle enquête de l’Union européenne (UE) contre Amazon pour abus de position dominante. Il est peut-être encore trop tôt pour parler de changement de régime, mais les investisseurs doivent tenir compte du risque règlementaire croissant auquel sont confrontées les grandes entreprises technologiques.

Alors que les négociations sur le Brexit entrent dans leur phase finale, la victoire de Joe Biden, pro-UE, sur Donald Trump, pro-Brexit, pourrait accentuer la pression sur Boris Johnson afin d’éviter un Brexit ‘dur’. L’éviction de Dominic Cummings, conseiller de Johnson et partisan d’un Brexit dur, laisse entrevoir la possibilité d’une sorte d’accord commercial entre le Royaume-Uni et l’UE. Ces développements, plus les signes d’une stabilisation des contaminations au coronavirus au Royaume-Uni, devront être positifs à court terme pour les actifs britanniques et pour la livre sterling, y compris face au dollar.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :