Web magazine Bo

Quels risques pour la Bourse en 2018 ?

Le 24/12/2017 à 13:29 par Pascal Delmas / BourseTrading.info

Même si les perspectives boursières demeurent bonnes pour 2018, il est prudent d'envisager les risques potentiels qui pourraient survenir en 2018. Voici un panorama des tensions possibles, essentiellement géopolitiques, qu'un investisseur en Bourse avisé devra surveiller pour parer à une correction des marchés, aujourd'hui favorablement orientés.

Imaginons que les risques géopolitiques continuent de peser sur la conjoncture économique mondiale. Un conflit potentiel avec la Corée du Nord présenterait des coûts humains et économiques très importants. Des déséquilibres financiers demeurent présents dans plusieurs pays, notamment en Europe et en Chine.
Des négociations difficiles entre le Royaume‑Uni et l’Union européenne au sujet du Brexit et les possibilités de guerres commerciales pourraient aussi perturber l’économie mondiale.

Aux États-Unis, les politiques de l’administration Trump pourraient amener la conjoncture à s’écarter de nos scénarios, soit positivement (diminution des impôts et hausse des investissements en infrastructures) ou négativement (protectionnisme et réforme de l’immigration). L’incertitude politique alimentée par des doutes sur l’intégrité de l’administration pourrait aussi affecter les marchés.

L’évolution incertaine des politiques monétaires risque d’avoir une forte influence sur les marchés financiers au cours des prochains trimestres. Dans ce contexte, une inflation plus faible ou plus forte qu’anticipé aurait des conséquences majeures, en particulier sur le marché obligataire. 
Du côté boursier, un véritable affrontement avec la Corée du Nord serait un scénario très défavorable. L’éclatement d’un conflit majeur au Moyen-Orient pourrait faire bondir les cours pétroliers.
Au Canada, la remontée graduelle des taux d’intérêt qui se poursuivra intensifie les inquiétudes associées à l’endettement élevé des ménages. Cela pourrait entraîner une correction plus prononcée que prévu du marché de l’habitation ainsi qu’un net ralentissement des dépenses de consommation de biens durables. Les négociations concernant l’Accord de libre-échange nord‑américain (ALENA) et le conflit du bois d’œuvre sont toujours en cours, et l’issue incertaine des pourparlers suscite beaucoup d’incertitude pour l’évolution future du commerce extérieur et des investissements des entreprises.